Propos liminaires

Ma photo
Le Cabinet Des Mythographes est un projet artistique qui prend appui sur les mythologies de toutes origines temporelles, géographiques et culturelles mené par un écrivain (Jean Daniel Dupuy) et un comédien/metteur en scène (Vincent Vabre). L'objet en est la création d'un fonds commun d'écritures mythologiques et territoriales révélé au public par la publication d'un livre unique (multimédia) et de ses fac-similés et par sa mise en ligne sur internet (blog et site). Les deux artistes se considèrent comme des passeurs, ils envisagent leur action comme une fabrique d'imaginaire où ils proposent, de façon ludique, des outils de création à tous les publics sur tous les territoires. Ils ont dans l'idée que les mythes étant les fondements des sociétés et les miroirs du monde contemporain, tout être humain prenant part à cette fabrique entre en mythographie et devient un mythographe, faisant ainsi œuvre et société.

lundi 25 juin 2012






G. Boulard

« Le salut.

 Serions-nous tous remontés à la source de la Volga pour être sauvés ? Et si c’était vrai ? Puisque aucun d’entre nous ne rentre l’âme vide, c’est bien que chacun a trouvé quelque chose. Une image. Un mythe. La liberté. L’impulsion, le point d’où s’écoulerait une vie nouvelle, une tâche nouvelle, comme le cours d’une rivière. Ce mouvement, ce travail, peut-être a-t-il déjà commencé ? Peut-être l’accomplissons-nous à notre insu en écrivant la nouvelle géographie mythique de notre pays ? Si nous nous sommes débarrassés des têtes nucléaires et autres sinistres productions qui fondaient notre économie, nous avons également dilapidé l’image poétique de notre terre. Sans mythe, la terre est inerte, muette, vouée à l’oubli. Aucun mythe, jamais, ne pourra pousser par décret. Il ne peut naître que d’efforts fervents pour survivre, pour se « sauver », d’espoirs et de pèlerinages, de folles prophéties, de photographies, de cartes, de films, d’hommages au labeur du paysan sur sa terre, et d’un acharnement à lire tous les livres oubliés et les écrits d’improbables géographes métaphysiques à travers lesquels progressivement prendra forme un nouveau visage de la Russie du troisième millénaire... »

Espace et labyrinthes, Vassili Golovanov

Le Cabinet des Mythographes

Note d’intention

Le mythe est aussi ancien que le monde. Le mythe pose la question des origines, du retour à la source. Depuis que le monde est monde, le mythe est le vecteur primordial de la pensée magique qui a su consoler la pensée inquiète pour élaborer les fondements d’une Culture dont les racines païennes continuent d’irradier la terre qui l'a vu naître.
Le souci de transmission des mythes a permis aux hommes et aux femmes de faire société.
Survivance du mythe qui atteint tout groupe humain dans son ensemble et fait fi des hiérarchies sociales, économiques et politiques. Car le mythe ne sévalue pas seulement dans un rapport vertical entre lhomme et le divin mais dans la propension à regarder le monde autrement quavec les outils de la raison.
Ce qui différencie le genre humain du règne animal et ce qui rend les sociétés uniques, singulières les unes par rapport aux autres, cest leur capacité à inventer des histoires, à imaginer ce qui na pas lieu.

Quelques soient les lois et les modèles institutionnels, les anciens comme les modernes se sont autorisés à interpréter la réalitéla contrefaire, la rêver pour mieux la comprendrepour accorder une attention toute particulière à ce qui ne se passe pas, mais qui pourrait advenir. Acte de naissance de la mythographie.
Le mythe serait la première matrice de nos puissances imaginaires. Le mythe révèle et réveille la fiction pour donner naissance à lexpression artistique, qui est la langue des mythes. Par un échange de bon procédé, lart rend la fiction crédible en stimulant lémotion ou la transgression, la sublimation, la sédition ou la contemplation.

Il y aurait un lien de parenté entre le vers et lunivers. Un lien entre le vent et la musique, entre la vigne et le théâtre, entre locéan et la poésie. Tel est le postulat du mythographe.

La grammaire des mythes nest pas nécessairement élaborée sur des postulats esthétiques. Contenue dans des puits de mémoires, elle constitue des réserves dimagination que le langage artistique peut exhumer de manière instantanée et fulgurante. Dautres transcriptions sont possibles mais elles peineront à se fixer dans les consciences et ne laisseront pas une trace durable dans la mémoire collective. La fonction du mythographe est de glaner, de collecter, de conserver, de classer, dexposer et dalimenter ces réserves dimagination.

Autant de jeux spéculaires, de chants liminaires quil est nécessaire de comprendre, dentendre et de prolonger pour les confronter à notre réalité contemporaine, à conjuguer à tous les temps et à toutes les personnes, au singulier et au pluriel.

De la fiction, messieurs-dames, de la fiction !

En proclamant cela, nous fixons notre attention sur un impensé de lhistoire officielle. Nous revendiquons la posture du mythographe. Lorsque lhistorien dresse des généalogies de souverains, que le géographe dresse des cartes, ces auxiliaires du pouvoir sattachent à transcrire ce qui naît de la volonté de puissance, ce qui est visible, photographiable et lumineux. Le mythographe seul, tente de lire la destinée humaine en accordant une confiance surréaliste à la fiction, en arpentant des territoires qui napparaissent sur aucune carte, des royaumes sans royauté et dentrevoir le monde avec dautres yeux capables de percer lautre réalité du monde, celle qui nest pas photographiable, toute fictionnelle, sublime et monstrueuse, fragile mais de toute éternité, retenue dans lombre, innommable et immanente. Le mythographe connaît la puissance des songes. Notre imaginarium ne peut être circonscrit dans un temps et un espace linéaire et déterminé par des frontières repérables. Un mythe est une chambre déchos résonne la légende des siècles. Alors, le mythographe entretient des rapports entre les vivants et les morts, entre les lueurs de la ville et les ténèbres du cloaque. Glaner, collecter, conserver, classer des images et des sons, des odeurs et des couleurs. Ce partage du sensible sera exposé et alimentera les réserves dimagination qui pourront engendrer dautres histoires, qui pourront engendrer dautres histoires et prolonger le mythe que la Raison cherche à réduire, à retrancher de la vie réelle en confondant mythologie et mythomanie, songes et mensonges, astres et désastres.

Proposition


Imaginé par Jean Daniel Dupuy (écrivain-veilleur de nuit) et Vincent Vabre (comédien), Le Cabinet des Mythographes est un dispositif d'ateliers d'exploration et de ré-écriture des mythes fondateurs.
Son dessein est de confronter l'univers mythologique à celui des multiples populations d'un même territoire pour constituer une collection de données fictionnelles témoignant de la vitalité créatrice collective d'une zone géographique et/ou administrative. Cette collection prendra la forme de plusieurs «  livres uniques » multimédia (dvd + livret imprimé + conception plastique) et dun site web permettant la consultation et la reproduction « fac- similé » du livre.

Genèse

Fruit d'une collaboration de 7 ans au travers des activités de la CCCP (Cie de la Chèvre à Cinq Pattes) et de diverses publications indépendantes ce dispositif se veut la continuation de notre recherche commune autour du mythe dans son sens étymologique strict : mythos, parole, mot, fait, histoire, narration et de sa graphie : grapho, écrire, inscrire.

Notre Mythographie

De façon évidente l'exploration des mythes anciens est une source de créativité à nulle autre pareille qui permet tout en ré-activant les fondements de notre civilisation de s'emparer de notre présent.
Ainsi en proposant des ateliers Mythographiques, nous invitons chacun à redécouvrir les racines d'une Histoire et d'une culture communes et à y apporter sa vision, sa langue et son corps.

Outils

L'atelier est le lieu de la conception, de la fabrication et nous y apportons nos outils :

Le Cabinet de Curiosités des Mythographes qui nous accompagnera lors de nos ateliers sous la forme d'une valise ou d'une malle voire d'une caravanepourquoi pas d'un autobus à impériale rouge ?est notre fer de lance. Dans celui-ci nous trouverons, certes, les différentes versions des mythes mais aussi toutes sortes de supports réels ou virtuels utiles à la libération de l'imaginaire. Chaque curiosité (images fixes et animées, objets, sons, livres, musiciens, vocabulaires, ethnologue, élément de costume, formule scientifique ou pataphysique, monstruosité, danseur...) sera méticuleusement choisie par les Mythographes et recensée au patrimoine du Cabinet qui s'étoffera au fil des ateliers.
Chaque parution de ce que nous nommons « le livre unique » sera loccasion dune ouverture du Cabinet au public sous la forme dune restitution du mythe par ses créateurs.
Le Cabinet recevra et protégera la bibliothèque de ces « incunables » mythographiques réalisés au fur et à mesure des ateliers. Nous appellerons cette bibliothèque :

Le Fonds commun d'écritures mythologiques et territoriales
Comme l'archéologue et le muséographe sont soucieux de conserver le fruit de leurs fouilles, le mythographe est attaché à la préservation des trouvailles de son imagination.
Ce projet ayant vocation à se répéter en divers endroits du territoire avec des publics aussi variés que possible il nous parait nécessaire de penser notre travail comme une collecte d'imaginaires et une fabrique de patrimoine rêvé. Consultable de façon permanente sur le net et ayant une forte capacité de résonance ce Fonds sera une empreinte artistique d'un territoire à une époque donnée.
La conception dun objet-livre unique, tel une œuvre dart, sans prix et sa possible libre reproduction est aussi pour nous loccasion de questionner les notions de droits dauteur, de circulation des mythes et de marchandise culturelle.

Le Jeu est notre devise et particulièrement le Jeu d'écritures graphiques, scéniques, sonores et filmiques : consignes de champs lexicaux, lectures, improvisations, scénarisations
Notre atelier pourra accueillir 12 à 14 personnes sur une durée de 50 heures minimum pouvant être réparties de toutes les manières possibles suivant les publics intéressés (ateliers hebdomadaires scolaires ou non, week-end, marathons etc.). L'objet à fabriquer étant intimement lié à l'imagination des participants et à l'arsenal imaginaire local (vocabulaires, topographie, toponymie, végétation, activités économiques, architecture etc.) nous procéderons à chaque fois d'une manière singulière et adaptée séquences de lectures et dexploration du Cabinet et du mythe choisi alterneront avec des improvisations théâtrales dirigées, des tentatives de ré-écriture du mythe, des mises en scènes vidéo et sonores ainsi que des illustrations et mises en forme plastiques. Chaque séquence ayant pour but de répondre aux précédentes et ainsi de suite.

Les Mythographes (canal historique)

  • Jean Daniel Dupuy aka Emile Dajan: Écrivain, veilleur de nuit, docteur ès-atelier décriture.

  • Vincent Vabre aka Ivan V. Netbrec : Comédien, saisonnier en maraichage, chercheur en aventures collectives.